• Jeudi, mars 16th, 2017

Sedona airport vortex 14mars2017Sedona, Arizona

L’essence du voyage s’est transformée ces dernières années. Je ne décide plus de me rendre dans un lieu qui me fascine, mais là où je suis appelée. C’est une sensation qui se transforme en évidence. Le voyage s’organise, je m’y jette avec de trop nombreuses idées préconçues, une manière de boue. Celle dont j’aimerais me passer, et puis une fois sur place, je découvre que rien ne se déroule comme prévu. Oui, ce voyage devait être, mais ce qu’il m’offre, son initiation, est ailleurs. Pas dans ce que j’avais projeté. Il me faut rester vigilante, taire cet ego qui voudrait tout s’approprier, dresser une illusion qui obstruerait la vérité.

Et même si c’était le cas.

On ne peut passer à coté d’une rencontre. Elle s’impose à vous, elle vous enseigne ce qui vous libère, ce qui vous restaure, ce qui a déjà été accompli.

La lumière a transmuté la boue en eau claire.

Categorie(s): front page
You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser une réponse, ou linker sur votre site.

Une response

  1. 1
    Eric 

    Très beau paysage qui semble se dissoudre dans la lumière, comme en ces quelques lieux isolés et reculés où on se sent presque aspiré par l’immensité béante de la nature, et très beau commentaire qui avoue une sorte de quête de la plénitude. Je ne sais si vous lisez de la poésie aux implications mystiques (de Saint Jean de la Croix à Charles Duits) ou si avez voyagé, au-delà du désert, en mer ou en haute montagne mais, après avoir pris un peu de temps pour visiter votre site que j’ai découvert au hasard, je pense que ce sont des expériences qui vous conviendraient ! La mer, la nuit notamment, dépouille de tout ce qui souille et enchaîne à la trivialité des jours…

Leave a Reply