• Dimanche, octobre 09th, 2016

the-treshold

Harajuku, Tokyo, Japon

Quelle est la réalité? Où est le reflet? Comment ai-je fait pour franchir cette porte? C’est un saut quantique, un abandon, une vérité que l’on décide de ne plus remettre en cause. Passer de l’autre côté tout en restant ici. Présence. Toucher du coeur toutes les facettes de ce que l’on est, le réintégrer, ne plus chercher à en faire expérience. Devenir l’expérience. Il n’y a jamais eu de distance, ni porte, tout a toujours été là. Nu subtil discret, visible. Une flamme qui brule en soi. Sans temps. Sans espace. Une forêt de conifères, dans les montagnes, seul, un regard pour deux. Tous.

Categorie(s): front page, Street Shot
You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. Both comments and pings are currently closed.

2 responses

  1. 1
    Anonyme 

    I like your sharp mind, instilled a clairvoyance of Love.
    Beautiful !

  2. 2
    Adrien 

    Quelle belle métaphore de cette Alice quantique prenant conscience de l’existence d’un monde par delà les reflets. De l’abolition de ce que nous tenons pour vérité qui ne sont, en réalité, que des convictions. Avant de réaliser que si notre doigt ne traverse pas le miroir, c’est peut-être moins parce que la surface est dure mais plus parce que le doigt de notre reflet nous oppose une résistance égale.

    Il y a un autre, de l’autre côté … cet autre est un moi que j’ignore … et si je n’étais qu’un reflet d’une réalité plus large ?

    Mais c’est alors qu’une autre vérité m’apparait : il se peut que tout un monde soit contenu dans les reflets d’une bulle de savon. Que nous ne soyons que les reflets d’un autre monde … Telle l’ombre dans la caverne de Platon.

    Et une question me saisit : finalement, les bulles de savon souffrent-elles avant d’exploser ?