• Vendredi, septembre 30th, 2016

harajuku-tokyo   Harajuku, Tokyo

 

Des gouttes invisibles s’impriment sur les vitres, un ciel gris masque le soleil, Paris s’enveloppe d’automne pour quelques heures; le temps qu’une nouvelle lune habille la ville de lumière. Et en attendant l’absence qui forme l’élan, le souvenir de ces heures chaudes dans Tokyo, les trottoirs grouillants d’Omotesando abandonnés aux adolescents, à quelques mètres de là, des ruelles silencieuses, seul le frottement des feuilles et des sandales, des portes qui reflètent le questionnement, tant de travées alléchantes, il faut choisir, est-ce là un renoncement? Comment sait-on que l’on monte? Comment sait-on si l’on s’éloigne? Aucune idée, aucune certitude. Penser à l’eau qui s’écoule sans se poser de questions. Elle sait. Se faire ruisseau et glisser, ne pas douter de son choix, il ne peut y avoir d’erreur, deux corbeaux se sont posés sur le fil électrique, comme deux points qui ouvrent la vie.

Categorie(s): front page, Street Shot
You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser une réponse, ou linker sur votre site.

Une response

  1. 1
    Adrien 

    A la lecture (et relecture) de ces lignes, il y a deux impressions qui marquent :
    - la première, celle de découvrir les prémices ou les extraits d’un prochain livre. Et c’est alors une petite pièce d’un puzzle, mystérieuse mais aussi tellement précieuse car ce fragment aurait, pour le moment, plus d’importance que le tout.

    - la seconde, celle d’une nostalgie qui vient se télescoper au quotidien, au détour d’une rue. Le retour au présent d’une vie passée qui manque et qui marque. De cette nostalgie, de cette blessure non douloureuse, la mémoire et les sens se réveillent et donnent tout ce qu’ils (s)ont.
    Un souvenir qui n’est ni passé, ni futur. Mais toujours d’actualité. Le télescopage de Tokyo dans Paris le prouve.

    … ou peut-être aucune de ces deux impressions. Et nous n’en aurions jamais la réponse … mais comme l’eau de la source qui est citée, ne pas avoir de certitude ne nous empêchera pas d’exister, de s’écouler, de savoir.

Leave a Reply