• Lundi, octobre 15th, 2012

 Claire Morgan, Galerie Karsten Greve, Paris

Paris sous les larmes du ciel depuis plusieurs jours. Qu’importe. C’est une semaine exaltante. Celle de l’art deux semaines après celle de la mode. C’est la FIAC du 18 au 21 octobre. Il y a eu avant cela la Frieze Art Fair et encore avant art berlin contemporary. Autant de rendez-vous qui viennent injecter de la lumière à travers la pluie, de la confiance plutôt que de l’espoir. C’est l’enthousiasme provoqué par la création. Etre surpris, enchanté, déstabilisé, révulsé, aller à la rencontre de ses émotions et de ses interrogations comme un haïku, suspendre le verbe, se dévêtir de la description et plonger dans l’image. Ne pas tomber. Il n’y a aucune résistance. C’est l’instant qui porte, il faut ce vide pour relier. Et quand tout est relié, connecté, quand l’identité est au delà de ce qui défini, alors sortir, marcher, laisser le corps s’imprégner de la pluie, how to live, satori à Paris.

Categorie(s): front page
You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser une réponse, ou linker sur votre site.

2 responses

  1. 1
    Frederick 

    La création artistique est une des nourritures de l’âme et doit être acceptée en tant que telle….

  2. 2
    Sarah 

    Vive les satori ! à paris, à la plage…
    Assez curieuse d’en lire le récit…

Leave a Reply