• Mardi, octobre 30th, 2012

Rue de Grenelle, Paris 6ème

Categorie(s): Street Shot  | 4 Commentaires
• Lundi, octobre 29th, 2012

Boulevard Saint Germain, Paris 6ème

• Samedi, octobre 27th, 2012

Rue de l’université, Paris 7ème

• Vendredi, octobre 26th, 2012

Rue de Babylone, Paris 7ème

Categorie(s): Street Shot  | commentaire
• Mercredi, octobre 24th, 2012

Rue Saint Guillaume, Paris 7ème

Categorie(s): Street Shot  | Un commentaire
• Mardi, octobre 23rd, 2012

Quai Anatole France, Paris 7ème

• Lundi, octobre 22nd, 2012

Apparemment, l’acheteur d’art contemporain parisien était supposé ne pas avoir envie de sensationnel en 2012. Ni de ravissement. Quand l’art contemporain peut être tiède. A moins que ce ne soit l’oeil qui plus exigeant attendait mieux encore que l’année précédente. C’était peu probable. Heureusement, du côté des galeries italiennes et belges, de la délicatesse et de la poésie. Quand l’art surprend et ouvre le champ.

Categorie(s): front page  | Un commentaire
• Samedi, octobre 20th, 2012

Rue de la Chaise, Paris 7ème

Categorie(s): Street Shot  | commentaire
• Vendredi, octobre 19th, 2012

Boulevard Raspail, Paris 7ème

Categorie(s): Street Shot  | commentaire
• Mercredi, octobre 17th, 2012

Rue de verneuil, Paris 7ème

Categorie(s): Street Shot  | 4 Commentaires
• Mardi, octobre 16th, 2012

Place du Carrousel, Paris 1er

Categorie(s): Street Shot  | Un commentaire
• Lundi, octobre 15th, 2012

 Claire Morgan, Galerie Karsten Greve, Paris

Paris sous les larmes du ciel depuis plusieurs jours. Qu’importe. C’est une semaine exaltante. Celle de l’art deux semaines après celle de la mode. C’est la FIAC du 18 au 21 octobre. Il y a eu avant cela la Frieze Art Fair et encore avant art berlin contemporary. Autant de rendez-vous qui viennent injecter de la lumière à travers la pluie, de la confiance plutôt que de l’espoir. C’est l’enthousiasme provoqué par la création. Etre surpris, enchanté, déstabilisé, révulsé, aller à la rencontre de ses émotions et de ses interrogations comme un haïku, suspendre le verbe, se dévêtir de la description et plonger dans l’image. Ne pas tomber. Il n’y a aucune résistance. C’est l’instant qui porte, il faut ce vide pour relier. Et quand tout est relié, connecté, quand l’identité est au delà de ce qui défini, alors sortir, marcher, laisser le corps s’imprégner de la pluie, how to live, satori à Paris.

Categorie(s): front page  | 2 Commentaires
• Vendredi, octobre 05th, 2012

Avenue des Champs Elysées, Paris 8ème

Categorie(s): Street Shot  | 2 Commentaires